De la passion à la startup

Un univers de passionnés

Après plusieurs années passées à Londres, j’ai découvert le café de spécialité et tout son univers technique. D’abord les coffee shop, ces lieux qui vouent un culte au café de qualité sous toutes ses formes : espresso, filtre, avec du lait, sans lait, froid, frappé…Je me souviens encore de l’odeur de chocolat la première fois que je suis entré dans un coffee shop à Londres. Ce moment olfactif m’a marqué et restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Ensuite les baristas, impressionnants tant par leur savoir-faire que leurs connaissances en caféologie. Véritable gardiens du temple, les baristas réalisent chaque café en respectant scrupuleusement une gestuelle qui peut paraître superflue la première fois qu’on commande un café. Mais une fois en bouche, on comprend rapidement pourquoi tous ces gestes sont machinalement respectés. Le premier café de spécialité bu dans un coffee shop a toujours le même effet : une véritable claque gustative.

 

Un goût tellement unique

Intrigué mais aussi attiré par ce café hors norme, je prends goût à ce shot de café qui me fait vibrer tous les matins. Jusqu’au jour où tout bascula : je ne pouvais plus boire autre chose que du café de spécialité. Habitué à une telle qualité, tous les autres cafés me paraissaient fades, beaucoup trop amers voire brûlés pour certains. Je me suis donc fait une raison : je ne pouvais plus boire de café industriel.

De retour en France pour lancer ma première start-up, je constate rapidement que Paris est très en retard sur le café de spécialité. Excédé du mauvais café, j’installe dans le bureau une machine automatique avec du grains achetés chez des torréfacteurs artisanaux à Berlin, Londres et Copenhague. Je me fais un petit plaisir et je retrouve le goût du bon café tous les matins en arrivant au bureau, mais surtout cette odeur qui me fait tant vibrer.

 

Le déclic

Mais le déclic viendra en recevant clients et rendez-vous professionnels au bureau. Par politesse et comme première phrase d’intro, je propose toujours un café à la personne que je reçois. Et à chaque fois le rendez-vous se finissait toujours avec la même remarque “il est bon ton café, ça change des capsules !”. Au bout du dixième rendez-vous, j’ai compris et j’ai réfléchi.

Je me rends compte que rien ne s’est passé sur le marché depuis Nespresso…soit 30 ans ! Nous buvons le même café, avec un goût standardisé depuis 30 ans ! En plus du désastre écologique, les capsules sont très chères. J’esquisse rapidement un premier business model et j’aboutis à une offre avec un prix moins cher, du meilleur café ET un service après-vente ultra-réactif en cas de pépin avec la machine.

 

Kawa était né. L’offre, le concept, la vision…Commencer à vendre aux bureaux (premier lieu de consommation) avec de l’éducation puis lancer une offre simple pour les particuliers. Tout était tellement logique. La suite, c’est une belle histoire que toute l’équipe de Kawa est en train d’écrire !

Venez nous rendre visite à l’atelier de torréfaction